origine de Abades

La lignée noble des abbés ou abbés, qui ne fait qu'un, vient du Señorío de Vizcaya. La maison principale était située dans la vallée de Gordejuela, à Las Encartaciones de Vizcaya.


Les descendants de cette maison étaient les Castro-Abad, ainsi que les fondateurs des parcelles secondaires de Treviño, dans l'église de Marín, appelée Santa María, qui se trouve dans la vallée royale de Léniz (Guipúzcoa) ; dans les paroisses de Dima et Ceánuri (Biscaye); dans la ville de Guevara (Alava) et dans la ville de Huermeces (Burgos).


À leur tour, les fondateurs de diverses branches du nom de famille Abad ont émergé de ces lots, qui se sont répandus dans diverses régions d'Espagne et d'Amérique.


L'un des mâles primitifs de la lignée Abad, originaire de la maison du tronc de la vallée de Gordejuela, en Biscaye, était Martín Fernández Abad, connu sous le nom de Calagurra. Il est venu à Castilla la Nueva à l'occasion de la conquête d'Aurelia, dont les frontières à l'époque bordaient les Complutensiens par Perales, Tielmes et Carabaña, et les Orétanos par Ocaña et Villarrubia, où il fonda Casa y Rama. Ses héritiers furent ses petits-fils Sancho Abad, qui s'installèrent à Ocaña, et Martín Fernández Abad, second du nom, seigneur de Castellanos, aujourd'hui Vega del Colmenar, qui mit en péril les terres d'Aranjuez.


Ce seigneur de Castellanos avait des fils Fernando, qui était commandant en chef, et Rodrigo, père de Gonzalo, Estefanía et Sancha.


Un de ses cousins, également appelé Martín Abad, troisième du nom, était un homme riche et le premier chancelier de Castille. Ce chancelier avait deux fils, Fernán et Juan Abad. Un frère de ce chancelier était également un homme riche de Castille en 1167, et les neveux Fernando Martínez de Fita, Alcaide de Tolède, et García Martínez de Cerezo, maire de la reine Doña Leonor.


Gonzalo Abad, fils de Rodrigo, et donc petit-fils de Martín Fernández Abad, seigneur de Castellanos, se rendit dans les Asturies et fonda la branche de cette région.


Dans la commune de Grandas, des individus de cette lignée ont vécu plusieurs siècles, selon leurs registres.


Les descendants des abbés des Asturies sont ensuite passés au Burgo, se faisant appeler González Abad.


Jerónimo de Villa dit dans ses "Lignées illustres" que ces González Abad des Asturies sont également passés à Bierzo (León).


Le seigneur de Castellanos, Martín Fernández Abad, s'est déplacé en Aragon dans les années 1167 pour servir sous les ordres du grand monarque Don Alfonso II, le Chaste, recevant plusieurs terres dans la vallée de Tena, dans les montagnes comme prix de Jaca, où il fonda sa maison (lieu de Barca Pollera), se distinguant ainsi que ses successeurs par leurs compétences militaires.


Dans les années 1570, un descendant de la branche précédente, Martín Abad, est venu du manoir de la vallée de Tena à Loporzano pour épouser María Allué, qui était la nièce de Mosen Luis de Allué, vicaire de Loporzano. Ces époux ont élevé leur propre maison et ont prouvé leur infanzion pour être considérés comme des infanzones devant l'abbé du monastère royal de Montearagón, qui était le seigneur temporel de ladite ville de Loporzano, avec qui eux et leurs enfants, Martín, Pedro et Bernardo.


Le premier, Martín, après la mort de ses parents, continua à s'occuper du manoir et des biens qu'ils possédaient à Loporzano ; Il a épousé Juana de Franco, fille des infanzones appelés Franco, de cette ville. Un autre Martín est né de ce mariage, membre de la famille du Saint-Office de l'Inquisition. Il épousa Juana de Casbas, avec qui il eut des enfants. Le fils aîné, Martín Juan, qui a vécu toute sa vie à Loporzano en charge de sa ferme, était le mari de María Seral, également fille d'infanzones. Ils ont eu Juan Martín, Licenciado Pedro Abad et Josef Abad comme enfants. L'aîné d'entre eux, Juan Martín, a continué à diriger la maison en bénéficiant des privilèges et des exemptions que les autres infanzones, et il a épousé Ana María de Ciria. Ils étaient les parents de Martín et Lorenzo. Martín a continué avec les possessions et les privilèges de ses parents, et de la même manière ses enfants et descendants, mais la maison a commencé à diminuer en actifs et en influence, et la maison, qui est toujours conservée avec le bouclier sur la porte, est passée à d'autres propriétaires


Lorenzo Abad y Ciria, frère du précédent, est allé, jeune, combattre dans la ville d'Alagón et il y a établi un nouveau manoir, mettant les armes des abbés de Loporzano sur la façade, mais avec une variante que nous expliquerons plus tard.


C'était le tronc de cette famille qui n'a plus sa résidence à Alagón, mais la maison et le bouclier sur la façade existent toujours.


Les abbés d'Ayerbe (Huesca), tracent leur origine de ceux de Loporzano comme suit : Pedro Abad y Allué, frère du susmentionné Martín, en tant que jeune homme, a déménagé sa résidence de Loporzano àAyerbe, où il a épousé Orosia Nadal, dont le consortium Pedro et Salvador sont nés. Pedro a hérité de la maison de ses parents et a épousé Catalina Marzal. Ils étaient les parents de Juan, qui a continué à Ayerbe, succédant à ses parents dans la propriété et les prérogatives, dans son enfance. Il épousa María Garcés, donnant naissance à quatre enfants : Juan Martín, Tomás, Juan et Domingo. Le fils aîné a continué à Ayerbe et les trois autres sont allés se battre dans les villes immédiates, à travers lesquelles ce nom de famille s'est répandu. Salvador Abad y Nadal, frère du susmentionné Pedro, a également épousé Juana Lués à Ayerbe, et ils étaient les parents de Juan, qui s'est également marié dans la ville susmentionnée, avec leur propre maison, qui a été transférée à leurs enfants et descendants à ce jour, ce qui signifie qu'il y a deux branches de l'Abbé à Ayerbe, qui, bien qu'elles aient maintenant perdu leur parenté, proviennent néanmoins du même tronc.


Il existe aussi une lignée du lignage Abad, dont les individus sont nommés Abbad, comme ceux d'Estadilla, en Aragon ; mais ceux auxquels nous nous référons maintenant sont de Biscaye, avec un manoir dans l'église de Ceánuri, et leurs armes sont très différentes de toutes les autres.


De la maison fondée dans les années 1167 dans la vallée de Tena des montagnes de Jaca, par Martín Fernández Abad, seigneur de Castellanos, est venu Pedro Abad, que l'abbé et les moines du monastère de Ripoll envoyèrent aux frais de son , menant un tiers des troupes, à la conquête de Valence. Ce fut également l'un de ceux qui gagnèrent Alcoy en 1255, dont il fut hérité, répandant ses descendants dans les villes de Muro, Xàtiva, Elda et Novelda.


Palmerio Abad est également originaire du manoir de la vallée de Tena, qui, à l'époque du roi Don Pedro d'Aragon, a fondé les maisons des deux Siciles. Un de ses descendants, nommé Pedro Abad, est mort à Naples, après avoir occupé des emplois distingués au service royal.


Dans la province de Cantabrie, il y avait aussi des lignées de la lignée Abad à Cueto, Viaña (vallée de Cabuérniga) et Santoña, ainsi qu'à La Rioja depuis l'Antiquité.


D'elle est venu le père Fray Matías Abad, un religieux franciscain, qui a été exécuté par les Indiens Choco vers l'an 1650, près de la rivière San Francisco de Atrato dans le quartier de la ville d'Antioquia.


Il avait été mineur d'argent au siège des mines de Santa Ana dans la région de la ville de Mariquita, et désillusionné par les vanités du monde, il devint frère en 1631.


Le père Matías Abad, né dans la ville de Cueto, province de Cantabrie, était le fils légitime de Toribio Abad et de Catalina de la Higuera. Ses restes reposent dans la chapelle principale du couvent de San Francisco dans la ville de Cartagena.


Descendant des abbés du site primitif des montagnes de Burgos, à la place de Huermeces, était Melchora Abad, qui épousa Francisco Pérez, tous deux natifs d'Ezcaray et de son village de Turiza.


Ils ont eu plusieurs enfants. Le fils aîné, Andrés Pérez Abad, a remporté pour lui-même et pour ses frères un décret royal à la chancellerie royale de Valladolid le 23 février 1808, approuvé par Manuel Estrada et ordonné d'être rédigé par Pedro de Zarandona y Balboa, secrétaire de la Chambre de H.M., par ordre et accord du maire juge de Vizcaya, obéi et complété dans la ville d'Ezcaray, le 25 avril de la même année, et publié le 1er mai suivant, lorsque la mairie et les voisins ont été assemblés selon la coutume , et une copie a été conservée par témoignage dans le dossier du 2, tel que certifié par le notaire Basilio de Mata.


Andrés Pérez Abad a épousé Sinforosa Urizarúa, et de ce mariage est né Julián Aquilino Pérez Urizarúa, Chevalier Grand-Croix d'Isabel la Católica et Carlos III et Député du Corps de Hijosdalgo de Madrid.


Dans diverses noblesses, en parlant de ce nom de famille, on dit que les abbés d'Aragon et de Valence, en raison de la mort malheureuse d'un parent, ont commencé à s'habiller en noir et ont commencé à s'appeler abbés, s'arrêtant pendant un certain temps pour utiliser le nom de famille qu'avant ils ont apporté Par conséquent, les noms de famille Abad et Abades sont les mêmes.


Dionisio Francisco de Abbad y Monseo, né à Estadilla (Huesca) le 17 octobre 1785, fut doyen échevin d'Estadilla en 1817, et Maestrante de la Real de Granada, en 1817, et prouva sa noblesse pour entrer dans l'Ordre de Malte, en 1793. Il était le fils de Dionisio de Abbad y Lasierra et de Teresa Monseo y de Codera ; petit-fils paternel de Francisco de Abbad y Navarro et Teresa Lasierra y Marco, et arrière-petit-fils paternel de Dionisio Abbad Altemir et María Teresa Navarro.


José Abad y Casades Serra y Goncer, baron de Abella, baptisé à Cardona (Barcelone) le 4 septembre 1796, baron de Abella et commandant de la milice nationale de Cardona, est entré dans l'Ordre de Carlos IIIen 1838.


Les suivants ont prouvé leur noblesse devant la Chambre Hijosdalgo de la Chancellerie Royale de Valladolid : Angel et Antonio Abad Boo Toca et Rumayor, natifs et natifs de Santa María de Cueto (Cantabrie), l'ancien absent dans les Royaumes des Indes et ce dernier résidant à Cadix, respectivement le 3 novembre 1772 et le 30 avril 1763 ; Agustín Abad Boo Toca y Rumayor, frère du précédent, natif de Cueto, par lui-même et comme père de Pedro Abad et Alonso, et de Matías et Josefa Abad et San Juan, habitants de Cueto, le 3 novembre 1772 ; Pedro Abad Boo Toca y Rumayor, frère du précédent, par lui-même et comme père de José, Manuel et Paula Abad y Rumayor, habitants de Cueto, le 3 novembre 1772; Felipe Diego Abad Abad Toca y Toca, naturel et natif de Monte, voisin et actuel Procureur du Commun de Cueto, le 22 novembre 1776 ; Pedro Abad Boo y Volado, et ses enfants Juan, Antonio, Francisca et Manuela Abad, originaires de Cueto, le 3 novembre 1772 ; Santos Abad Mujiedes Boo et Rumayor, naturel et natif de Cueto, le 3 novembre 1772 ; José Abad García y Maliaño, originaire et originaire de Cueto, seul et en tant que père de Francisco (absent aux Indes), Antonio (habitant de Santander), Francisco, Manuel (absent aux Indes) et José de Abad (habitant de Suances, en Cantabrie), le 26 mai 1772 ; Francisco Abad Camus Vélez y Rumayor, naturel et natif de Cueto, le 10 mai 1790 ; Juan Francisco Abad, habitant de Loma Somera (Valderredible, Cantabrie), en 1716 ; José Abad, habitant de Gajano, à Cudeyo (Cantabrie), en 1778 ; Antonio Abad, habitant de San Cebrián de la Abadía (Cantabrie), en 1763 ; Juan Antonio Abad, habitant de La Cuadrilla de Bárcena de Ebro (Cantabrie), en 1716 ; Bartolomé, Domingo, Francisco et Mendo Abad, habitants d'Ibias (Asturies), en 1578 et 1587 ; Francisco et Juan Abad, habitants de Setorio (Villaviciosa), en 1750 ; Francisco Abad Tumiello y Quintas, natif de Moraza (Burgos) et résident de Celorio (Asturies), le 29 juillet 1771 ; Juan Abad Alvarez Quintas, originaire de Moraza et résident d'Argüeso (Cantabrie), au XVIIIe siècle ; Lorenzo, Manuel, Silvestre et Vítores Abad Aparicio Orduña y Sáez, natifs de Valgañón (La Rioja) et originaires de Fresneda de la Siena Tirón (Burgos), résidents de Madrid, le 17 janvier 1794 ; Juan Francisco Antonio Abad, résident de San Julián de Mos (Lugo), originaire de San Pedro de Taboy (Lugo), le 27 juin 1761, et Juan Abad de Vilar, résident de Calendario de Portocelo, dans l'évêché de Mondoñedo ( Lugo ), en 1496.


Devant la chancellerie royale de Grenade, ils prouvèrent leur noblesse : Sancho Abad Catalán, habitant de Villahermosa (Ciudad Real), et Cañamares, originaire de Jaca (Aragon), en 1659 ; Domingo Abad Montero, originaire de Puerto de Santa María (Cadix) et originaire de San Andrés de Espinareda (León), en 1719 ; Domingo Abad Mercadillo, habitant de Puerto de Santa María (Cadix), en 1733, et Martín Abad y Patiño, habitant de Villanueva de los Infantes (Ciudad Real), en 1670.


Les suivants ont remporté le procès d'Enfance à la Cour Royale d'Aragon : Juan Lorenzo Abad, originaire de Loporzano (Huesca), en 1677 ; Juan Abad, habitant d'Ayerbe (Huesca), en 1677 ; Francisco de Abad, originaire d'Estadilla, en 1718 ; José Abad, natif de Saragosse, en 1738 ; Juan Domingo Abad, originaire d'Ayerbe (Huesca), en 1804 ; Manuel Abad, originaire d'Alagón (Saragosse), en 1798 ; Leonardo Abad de Bernabe, originaire de Villanueva de Jiloca (Saragosse), en 1757, et Manuel Abad y Falces, originaire d'Estadilla, en 1788.


Bernardo et Manuel Abad, habitants de Séville et originaires de Gijón, ont prouvé leur noblesse à la cour royale d'Oviedo en 1831.


Pedro Abad de Mendoza, natif de Mendoza, aumônier, est entré dans l'Ordre de Saint Jean de Jérusalem en 1584.


Les suivants ont prouvé leur noblesse pour entrer dans l'Ordre de Santiago comme religieux : Francisco Abad Alonso Herranz y González, natif de Loeches (Madrid), en 1642 ; Francisco Abad, natif de Villarrubia, en 1657, et José Abad de Sandoval Villegas y de Eguiliz, natif de Beas (Huelva), en 1702.


Pour occuper des postes au Saint-Office de l'Inquisition, ils firent preuve de noblesse : Angel Abad, ministre, natif de Madrid, à la Cour, en 1815 ; Cristina Abad Pérez, originaire de Vinalesa (Valence), à ​​Valence, en 1633 ; Domingo Abad Joven, prêtre, né à Cubel (Saragosse), à ​​Saragosse, en 1621 ; Fray Iñigo Abad y Lasierra, originaire d'Estadilla (Huesca), pour Qualificatif, au Tribunal, en 1782 ; Juan Abad, natif de Collado, pour Officiel, à Llerena, en 1649; Juan Abad Sarabia, fonctionnaire, natif de Burgo de Osma (Soria), ancien maire de l'église de Burgo de Osma, comptable des évêques de Córdoba Cristóbal de Lobera et Fray Domingo Pimentel, à Córdoba, et son épouse María Espinosa Aguado, native de Cordoue, en 1636 ; Ana Abad, résidente d'Almagro (Ciudad Real), épouse de Pascual Ruiz de laFranc, en 1563; Pedro Abad Patón, fonctionnaire, originaire de Villanueva de los Infantes (Ciudad Real), à Murcie, et sa femme Inés Mejía, originaire de Villanueva, en 1635 ; Tomasa Abad, épouse de Sebastián Pretel, pour Famille, à Carthagène des Indes, en 1630 ; Antonio Abbé Pont Ferranet y Pont, pour Famille, à Valence, en 1731, et sa femme Jacinta Esteve y Albelda, natifs de San Felipe et résidents de Cárcer (Valence) ; Bautista Abad Vidal Margues y Mico, natif de Palomar et résident de Muro, pour Famille, à Valence, en 1738, et sa femme Jesualda Reig y Alonso, native


du Mur ; Francisco Abad, pour membre de la famille, à Valence, en 1738, et sa femme Antonia Latorre y Cucarolla, originaire et résidente de Muro, et Juan Antonio Cristóbal Abades, originaire de Miraflores, pour ministre, à Tolède, en 1787.

Antonio Abad y Esquil, natif de Cadix, en 1729 ; Ramón Abad y Alfaro, originaire d'Estadilla (Huesca), en 1779 ; Vicente Abad y Fortón, natif d'Estadilla, en 1783, et Antonio de Abad y Alfaro, natif d'Estadilla, en 1783.

  1. Espagne Espagne
  2. Brésil Brésil
  3. Argentine Argentine
  4. Philippines Philippines
  5. Venezuela Venezuela
  6. Canada Canada
  7. Etats-Unis d Etats-Unis d'Amérique
  8. Inde Inde
  9. Chili Chili
  10. Mexique Mexique
  11. Malaisie Malaisie
  12. Niger Niger

Le nom de famille Abades. Généalogie, origine, histoire, signification et importance

Découvrir les racines historiques de abades est profondément intéressant, car cela nous ramène aux ancêtres et aux parents qui ont établi cette lignée.

Le nom de famille Abades dans le monde

Bien que les noms de famille aient une origine spécifique à un moment et une région précise de la planète, beaucoup d'entre eux se sont répandus à travers le monde pour diverses raisons, comme c'est le cas pour le nom de famille abades.

Histoire de Abades

La chronique historique sur abades se base sur une série frappante d'événements qui ont été menés par ceux qui ont porté ce nom de famille tout au long de l'histoire.

Nous vous suggérons, si vous souhaitez en savoir plus sur le nom de famille abades, d'essayer de le localiser à travers les sources bibliographiques que nous proposons.

Personnages illustres nommés Abades

Il est plus que probable qu'il y ait eu des abades illustres au cours de l'histoire de l'humanité.

Le nom de famille Abades et ses sources bibliographiques

Grâce à une importante révision bibliographique, nous avons réussi à rassembler jusqu'à présent des informations sur l'héraldique, l'histoire et la généalogie de abades.

SOURCES

Ces sources sont indispensables pour commencer à comprendre abades, et en même temps, les noms de famille en général.

  1. Abadez
  2. Abdes
  3. Abadias
  4. Abdis
  5. Abdus
  6. Abudas
  7. Abdek
  8. Abats
  9. Abbadessa
  10. Abdous
  11. Aboites
  12. Aboytes
  13. Abts
  14. Abdias
  15. Abdk
  16. Abudoj
  17. Abdz
  18. Abbots
  19. Abbotts
  20. Abdeslam
  21. Abitz
  22. Aptaker
  23. Aubets
  24. Avdic
  25. Abdeslem
  26. Abidjan
  27. Abdić
  28. Abdiji
  29. Abdagic
  30. Aftis
  31. Abadjian
  32. Abetz
  33. Abatcha
  34. Abdiaj
  35. Avtzis
  36. Aftiss
  37. Abatecola
  38. Abatucci
  39. Abdeselam
  40. Abdeslami
  41. Abdikadir
  42. Abdoussi
  43. Aboitiz
  44. Apitz
  45. Apodaca
  46. Apodaka
  47. Abdesslam
  48. Avetik
  49. Abdesslem
  50. Abdesamad